Royaume-Uni et Etats-Unis signent un accord sur l’intelligence artificielle

Royaume-Uni et Etats-Unis signent un accord sur l’intelligence artificielle

Les deux pays se rapprochent autour des bénéfices et des opportunités apportées par l’intelligence artificielle. Royaume-Uni, Etats-Unis et Irlande du Nord signent un accord en matière de recherche et développement dans l’IA.

En début d’année, l’Europe dévoilait sa stratégie pour l’intelligence artificielle face à la concurrence de la Chine et des Etats-Unis. Et dans ce domaine aussi, la rupture avec le Royaume-Uni est consommée.

L’ex-pays membre de l’UE préfère à l’Europe un autre partenaire, en l’occurrence les Etats-Unis. Les deux états, auxquels s’associe également l’Irlande du Nord, signaient le 25 septembre un accord de R&D sur l’intelligence artificielle.

Un partenariat économique pour favoriser la reprise

L’officialisation de cette entente intervenait à l’occasion d’une réunion inaugurale du groupe de travail économique sur les relations spéciales entre ces états. Pour le ministre des Finances britanniques, Rishi Sunak, cet accord illustre « la relation spéciale qui existe de longue date ».

« Nous devons continuer à nous appuyer sur notre partenariat économique durable pour assurer une reprise économique forte et durable dans cette crise, tant au niveau national qu’international » déclare le chancelier de l’Échiquier.

Cette relation prend donc la forme d’une déclaration de coopération en matière de recherche et développement dans l’intelligence artificielle. Qualifié « d’historique », l’accord doit illustrer un engagement commun « à réaliser des percées technologiques » en IA.

Ce rapprochement s’appuie sur un premier accord scientifique et technologique de 2017. Sur quelles mesures concrètes débouchera-t-il ? Les déclarations restent vagues. Des annonces précises sont d’ailleurs peu probables alors que se joue actuellement l’élection présidentielle aux Etats-Unis.

Un accord général et d’intention sans mesures claires

Etats-Unis et Royaume-Uni prévoient ainsi de faire le point sur leur actuelle coopération scientifique et technologique. Ils doivent aussi établir « des priorités pour la coopération future » en R&D. Cette coopération porterait en particulier sur la recherche interdisciplinaire et les systèmes intelligents.

Cela pourra ainsi déboucher sur la promotion de la collaboration entre chercheurs et étudiants, et à travers elle exploiter « la valeur des partenariats public-privé ». Tout aussi flou, les deux partenaires prévoient de se concentrer « sur les questions techniques difficiles ».

« Promouvoir la recherche et le développement dans le domaine de l’IA, en se concentrant sur les questions techniques difficiles, et se protéger contre les efforts visant à adopter et à appliquer ces technologies au service de l’autoritarisme et de la répression » concluent-ils.

A lire également sur MyData

Transferts de données : Safe Harbor et Privacy Shield même destin

Les Etats-Unis investissent 1 milliard de dollars dans la recherche en IA

La Maison Blanche annonce un milliard de dollars pour la recherche sur les industries du futur. Cet investissement prévoit la création de 7 nouveaux instituts de recherche en IA.

A propos de Christophe Auffray 433 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.