Nvidia et ARM veulent construire le leader de « l’âge de l’IA »

Nvidia et ARM veulent construire le leader de « l’âge de l’IA »

Le fabricant de processeurs graphiques Nvidia débourse 40 milliards de dollars pour acquérir le britannique Arm. Cette fusion doit aboutir à la création de la première société informatique de l’ère de l’intelligence artificielle.

C’est un rapprochement de taille dans l’univers des processeurs. Nvidia verse 40 milliards de dollars en cash et en actions pour s’emparer du concepteur de puces Arm, propriété de SoftBank. Une bonne affaire pour le groupe japonais dont de mauvais investissements faisaient exploser sa dette.

SoftBank encaisse ainsi 12 milliards de dollars en numéraire pour céder le britannique Arm. Il reçoit également pour 21,5 milliards de dollars en actions Nvidia. Sous conditions de performances financières, la banque pourrait encore toucher jusqu’à 5 milliards de dollars.

De la puissance de calcul au service des projets d’IA

Mais au-delà des chiffres, ce rapprochement signe un tournant dans le domaine de l’intelligence artificielle. Les technologies de Nvidia participent notamment à des multiples opérations liées à l’IA, par exemple dans le Deep Learning.

Pour le fabricant de GPU, cette association avec Arm aboutit tout simplement à la création de la première société de calcul de l’ère de l’intelligence artificielle.

« Dans les années à venir, des trillions d’ordinateurs équipés d’IA créeront un nouvel internet des objets qui sera des milliers de fois plus grand que l’internet des personnes d’aujourd’hui » souligne son PDG, Jensen Huang.

« Notre combinaison créera une entreprise fabuleusement positionnée pour l’ère de l’IA » assure-t-il encore. Et grâce à ce rachat, Nvidia entend ainsi injecter de l’intelligence artificielle dans de multiples domaines du numérique.

Création d’un centre de recherche en IA à Cambridge

En combinant ses compétences en IA avec l’écosystème de processeurs d’Arm, l’entreprise prévoit des avancées en faveur du cloud computing, des smartphones, des PC, des voitures ainsi que de la robotique.

Pour le Royaume-Uni, ce rachat par un géant américain du numérique pourrait toutefois être un coup dur en termes de souveraineté digitale. Pour ménager les autorités britanniques, Nvidia s’engage cependant à maintenir le siège d’Arm à Cambridge.

La firme annonce même la création d’un centre de recherche en IA d’envergure mondiale sur ce site de Cambridge. Le futur centre accueillera ainsi un nouveau supercalculateur combinant les technologies Arm et Nvidia, mais aussi un centre de formation à l’IA et un incubateur pour startups.

Il doit également permettre des partenariats de recherche au Royaume-Uni, avec le monde universitaire et l’industrie. A la clé, des recherches couvrant des travaux ans les domaines de la santé, des véhicules autonomes, de la robotique, et de la data science, notamment.

A lire également sur MyData

Qu'est-ce qu'un data lake ?

Qu’est-ce qu’un data lake : guide pour patron pressé

L’ère du big data a popularisé le data lake où les organisations regroupent l’ensemble de leurs données. La ruée a cependant pris fin. Qu’est-ce qu’un data lake ? A quoi sert-il ? On-premise ou dans le cloud ? Décryptage et bonnes pratiques.

A propos de Christophe Auffray 318 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.