Natick, le datacenter sous-marin fonctionne

Natick, le datacenter sous-marin fonctionne
Project Natick, Vessel retrieval Stromness, Orkney. Microsoft - Tuesday 7th to Wednesday 15th of July 2020

Immergé pendant près de deux ans en mer d’Ecosse, le projet Natick de datacenter de Microsoft démontre la faisabilité du concept de centres de données sous-marins. La performance et la fiabilité des serveurs est au rendez-vous, avec des bénéfices sur le plan environnemental.

Plonger un datacenter à 35 mètres de profondeur sous la surface de la mer, le projet Natick n’est pas commun. C’est pourtant l’expérimentation à laquelle se livrait Microsoft depuis le printemps 2018. Pendant deux ans, un centre de données de la taille d’un conteneur maritime fonctionnait ainsi au large des îles Orcades en Écosse.

Au début de l’été, le datacenter refaisait donc surface. L’occasion pour Microsoft de revendiquer un succès. Selon la firme américaine, cette opération démontre le caractère réaliste du concept de centres de données sous-marin.

Des serveurs 8 fois plus fiables que sur terre

Mais l’entreprise insiste également sur les bénéfices sur le plan logistique, environnemental et économique. Sur ce dernier point, les « fonds sous-marins toujours froids permettent également de concevoir des centres de données efficaces sur le plan énergétique » insiste la firme de Redmond.

Encore faut-il cependant que les serveurs supportent ces conditions inhabituelles. Contrairement à un datacenter classique, celui-ci n’est pas exposé à l’oxygène, mais à de l’azote sec. Résultat : les serveurs du centre de données sous-marin sont huit fois plus fiables que ceux de la terre ferme.

Projet Natick, ouverture du conteneur et analyse des données (20-23 juillet 2020)
Projet Natick, ouverture du conteneur et analyse des données (20-23 juillet 2020)

L’équipe émet l’hypothèse que l’atmosphère d’azote, «  moins corrosive que l’oxygène », et l’absence de personnes interagissant avec les composants sont les principales raisons de cette différence. Une telle découverte pourrait donc également bénéficier aux datacenters terrestres.

Le datacenter sous-marin pour le Edge Computing

Microsoft réfléchit à présent à l’exploitation de centre de données pour ses services cloud Azure, notamment en matière de edge computing.

« (…) nous constatons de plus en plus le besoin d’avoir des centres de données plus petits situés plus près des clients plutôt que ces grands centres de données en entrepôt au milieu de nulle part » souligne Spencer Fowers, de l’équipe de recherche de l’éditeur.

Ces infrastructures pourraient en outre répondre aux attentes de clients nécessitant de déployer et d’exploiter des centres de données tactiques et critiques partout dans le monde.

A propos de Christophe Auffray 349 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.