L’intelligence artificielle, une arme au service des cyberattaques

Bénéfices et nouvelles menaces de l'IA pour la cybersécurité

Une étude commandée par le renseignement britannique (GCHQ) souligne les bénéfices de l’IA pour améliorer la sécurité nationale. Les experts relèvent toutefois également le risque de voir ces technologies être exploitées dans des cyberattaques.

Les fournisseurs de solutions de cybersécurité s’intéressent eux aussi à l’intelligence artificielle. Il s’agit par exemple d’analyser de grands volumes de données pour détecter des intrusions ou un comportement malveillant.

Selon une étude réalisée par les autorités britanniques, les technologies d’IA présentent bien un intérêt pour l’amélioration de la sécurité nationale. Elles comportent cependant aussi des risques. Les attaquants pourraient ainsi s’appuyer sur l’IA pour lancer des attaques.

Développement de capacités offensives basées sur l’IA

« Les acteurs malveillants chercheront sans aucun doute à utiliser l’IA pour attaquer le Royaume-Uni. Et il est probable que les acteurs étatiques hostiles les plus compétents, qui ne sont pas liés par un cadre juridique équivalent, développent ou ont développé des capacités offensives basées sur l’IA » indique le rapport.

« Avec le temps, d’autres acteurs de la menace, y compris des groupes de cybercriminels, pourront également profiter de ces mêmes innovations en matière d’IA » ajoute encore l’Institut royal des services unis pour les études de défense et de sécurité (RUSI).

Le développement de l’IA expose donc à des risques nouveaux. Les bénéfices sont réels cependant. Pour les auteurs, trois domaines clés du renseignement pourraient tirer parti du déploiement de l’IA.

L’IA pour une renseignement augmenté

L’Automatisation des processus organisationnels, dont la gestion des données, et la cybersécurité bénéficieraient de l’intelligence artificielle. Celle-ci contribuerait à la détection de comportements anormaux des réseaux et des logiciels malveillants. Mais l’IA permettrait aussi une réponse aux incidents en temps réel.

Le rapport estime par ailleurs que l’IA peut contribuer à l’analyse du renseignement dans une optique d’intelligence augmentée. Il ne s’agit en effet pas de la substituer à des humains. Les algorithmes complèteraient des processus d’analyse humaine.

« Aucun des cas d’utilisation de l’IA identifiés dans l’étude ne pouvait remplacer le jugement humain. Les systèmes qui tentent de ‘prédire’ le comportement humain au niveau individuel sont susceptibles de présenter une valeur limitée pour l’évaluation des menaces » préviennent en effet les experts.

Également sur MyData

Données de Défense : « un changement culturel extrêmement profond »

Données de Défense : « un changement culturel extrêmement profond »

Le ministère des Armées va investir dans l’IA. Il doit pour cela mettre en place une véritable gouvernance des données, mais aussi adapter son infrastructure (cloud). Une culture de la valorisation des données doit également voir le jour.

A propos de Christophe Auffray 353 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.