L’intelligence artificielle n’est pas un épouvantail pour les clients de l’assurance

L’intelligence artificielle n’est pas un épouvantail pour les clients de l’assurance

L’intelligence artificielle, un risque pour les assurés ? D’après une étude, le partage de données avec les assurances, mais également l’utilisation de l’IA ne constituent pas un frein pour les clients. A condition qu’ils en bénéficient.

Les assurés américains sont enclins à partager des données personnelles avec leur assurance. C’est un des constats de l’étude « 2020 DXC Insurance Survey Report. » Cette ouvertureest cependant conditionnée.

Ainsi, 87% des consommateurs américains sondés se disent prêts à partager des données personnelles et axées sur le mode de vie. Néanmoins, ils en attendent une contrepartie sous forme d’une baisse des primes d’assurance.

La confiance, un atout pour les assureurs sur le digital

Et pour prétendre accéder à de nouvelles sources de données, les assureurs peuvent s’appuyer sur la confiance des assurés. 81% des personnes interrogées jugent en effet que la réputation du secteur de l’assurance est « moyenne » ou « supérieure à la moyenne. »

C’est beaucoup plus que dans d’autres secteurs. Ils sont moins de 50% de consommateurs à faire confiance à leurs fournisseurs. Cette bonne image est de nature à contribuer au développement du digital dans l’assurance.

Ils sont d’ailleurs près de 43% à accueillir favorablement l’utilisation de technologies telles que les chatbots et l’intelligence artificielle dans la gestion des demandes d’assurance et des sinistres. 45% accepteraient en outre le recours à des appareils connectés, et 43% au partage de ces données avec leur assureur.

« Les assureurs sont en mesure d’améliorer la fidélité et leur marque en aidant les consommateurs à comprendre le fonctionnement de leurs produits et services et en continuant à améliorer l’expérience des sinistres. Les gagnants de demain dans le domaine de l’assurance seront définis par leur capacité à placer le consommateur au cœur de leurs stratégies aujourd’hui » commente Phil Ratcliff, vice-président de DXC Technology.

Plus de partage de données en France, avec contrepartie

En France aussi, les assureurs bénéficient d’un haut niveau de confiance. Le digital n’est cependant pas encore pleinement entré dans les pratiques des assurés. Selon  l’étude Deloitte « Relations assurances et clients », les consommateurs continuent de privilégier le contact humain.

Illustration : 16% des opérations sont effectuées sur le site de l’assureur et l’espace client. A titre de comparaison, ce chiffre est de 28% pour le téléphone. Pour les sites mobiles et les applications, la part n’est que de 3%.

Pour autant,  « une majorité de Français est prête à franchir le cap du 100% digital pour la gestion des sinistres ». En effet, plus de 2 sur 3 accepteraient de gérer totalement leurs sinistres sur Internet. Les principales raisons sont une limitation des déplacements (52%) et une accessibilité 7j/7 (48%).

En ce qui concerne enfin le partage de données avec les assureurs, les Français, comme leurs homologues américains, attendent des bénéfices. 70% sont prêts à envisager de partager davantage leurs données personnelles avec leur assureur « en échange de bénéfices concrets ».

A lire également sur MyData

Intelligence artificielle : Swiss Life donne le pouvoir aux « Data Champions »

Swiss Life France a constitué en 2015 un Data Lab transverse appuyé  par des experts de son département Data Science. Mais pour développer l’exploitation des données et l’intelligence artificielle, l’assureur s’appuie sur des relais supplémentaires au-delà de ses Data Scientists.

A propos de Christophe Auffray 228 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.