L’Europe grande oubliée des brevets IA

L’Europe grande oubliée des brevets IA

Les Etats-Unis et la Chine dominent le reste du monde en matière de brevets sur l’intelligence artificielle. L’Europe ? Elle ne figure pas même dans le Top 5 mondial d’après une étude OxFirst. Quant à la France, elle est invisible.

En 2018, la France annonçait son « plan Intelligence artificielle » doté de 1,5 milliard d’euros. Le gouvernement espérait ainsi hisser la France parmi les premières nations dans ce domaine. Si les brevets sont un indicateur de la hiérarchie mondiale, alors le pari est pour le moment un échec.

Mais cet échec est peut-être même collectif et englobe ainsi toute l’Europe. Une analyse des portefeuilles de brevets réalisée par OxFirst souligne avant tout la domination des Etats-Unis et de la Chine. Les deux puissances détiennent respectivement 60.000 et 100.000 brevets en intelligence artificielle.

Pas d’européens dans le Top 20 des détenteurs de brevets

Quant à l’Europe, elle arrive en sixième position avec 5201 brevets enregistrés entre 2010 et 2020. Ces chiffres sont cependant d’abord le reflet de la concurrence que se livrent les grandes entreprises.

Et les leaders mondiaux sont donc principalement américains, chinois et coréens. Le pays est petit, mais il dispose d’un géant international, très actif sur le front de la recherche et de la propriété intellectuelle : Samsung.

En dix ans, Samsung, IBM et Tencent se sont imposés comme les plus grands détenteurs de brevets en intelligence artificielle. A lui seul, Samsung détient plus de 5.000 brevets dans le monde. Les société européenne sont, elles, absentes du Top 20 des détenteurs de brevets.

En matière de technologies d’IA elles-mêmes, trois domaines se démarquent : les réseaux de neurones multiples, le machine learning et la reconnaissance vocale. Pour le ML, c’est entre 2017 et 2018 que la croissance s’est accélérée avec 68% de hausse des demandes de brevets.

La détention de brevets ne fait cependant pas les innovateurs de demain en IA. Ils n’en demeurent pas moins un actif essentiel pour Roya Ghafele, PDG d’ OxFirst. « Les brevets ont non seulement le potentiel de renforcer la position unique d’une entreprise sur le marché, mais lui donnent également la capacité de générer des revenus en octroyant des licences ou en vendant des brevets. »

Les brevets permettent aussi « à une entreprise de réaliser des économies substantielles en matière de R&D ». Ainsi, pour le dirigeant, « les brevets peuvent être une source de revenus en soi et par eux-mêmes. »

A lire également sur MyData

Le Partenariat Mondial sur l’Intelligence Artificielle veut concilier croissance et éthique
@L’Oréal

Le Partenariat Mondial sur l’Intelligence Artificielle veut concilier croissance et éthique

Quinze pays, dont la France, se réunissent sur le thème de l’intelligence artificielle. L’objectif du Partenariat Mondial sur l’intelligence artificielle (PMIA) : encourager et guider un développement responsable de l’IA.

A propos de Christophe Auffray 396 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.