Les Gafam font main basse sur les startups de l’IA

Les Gafam font main basse sur les startups de l’IA

Les acquisitions de startups de l’intelligence artificielle explosent. En 2020, on dénombre plus de 200 opérations de ce genre. Et les premiers acquéreurs de cette expertise convoitée en IA sont les géants du numérique.

Les GAFAM dominent déjà au niveau mondial l’univers des technologies. Et elles n’entendent pas prendre du retard en ce qui concerne l’intelligence artificielle. Pour grandir dans ce secteur, les Big Techs procèdent activement à des acquisitions.

Et cela n’est pas sans poser de questions alors que des procédures antitrust se multiplient contre ces acteurs. Ainsi, dans l’IA, CB Insights dénombrait 231 acquisitions de startups de l’intelligence artificielle en 2020.

231 rachats de startups de l’IA en 2020

Les acquéreurs les plus actifs sont tous des Gafams. Le premier d’entre eux, en nombre de rachats de startups, est ainsi Apple. Viennent ensuite, en transactions, Google, Microsoft, Facebook, Intel et Amazon.

« Si les grandes entreprises technologiques les achètent toutes, elles éliminent ces futurs concurrents, et ont une chance de réellement s’emparer des sociétés à succès », prévient le PDG d’une startup de l’IA, interrogé par Bloomberg.

« C’est vraiment dommage. Nous avons perdu quelque chose. Il y a peut-être eu des approches différentes dans ce domaine, mais maintenant nous n’avons que ce que ces grandes entreprises décident », ajoute le dirigeant de Primer AI, Sean Gourley.

L’objectif pour les Big Tech n’est pas seulement de s’emparer de technologies en plein boom. Ces acquisitions sont également l’opportunité pour elles de recruter les meilleurs talents en matière d’intelligence artificielle.

Des acquisitions qui réduisent la concurrence

En 2014, Google rachetait ainsi DeepMind, probablement une des entreprises les plus innovantes aujourd’hui dans le domaine de l’IA. Grâce à ses victoires sur les joueurs de Go, la firme de Mountain View s’est en outre construit une très forte notoriété.

La domination actuelle des Gafam repose en partie sur cette capacité financière à s’emparer des startups les plus novatrices. Elle pourrait à terme, si ce n’est déjà le cas, réduire donc la concurrence et l’émergence d’autres acteurs dans l’IA.

Toutefois, la vente reste bien souvent une option séduisante pour ces startups et l’opportunité de toucher un marché plus grand. Des acteurs comme Google et Facebook disposent en outre de considérables jeux de données. Un enjeu majeur pour entrainer des modèles de machine learning.

Toutes les startups ne choisissent pas cependant le scénario de l’acquisition. Les financements sont conséquents pour ces jeunes pousses. CB Insights comptabilisait 2.235 opérations de capital-risque dans le domaine de l’IA en 2020. Cela représentait 26,6 milliards de dollars. CB Insights recensait en outre 24 licornes de l’IA, indépendantes à ce jour. Mais jusqu’à quand ?

A lire également sur MyData

La Poste veut accélérer sur l’acculturation et la formation Data

La Poste veut accélérer sur l’acculturation et la formation Data

La Poste devrait ouvrir cette année 500 postes sur les fonctions Data en interne. Pour répondre à ses besoins, elle lance des parcours de formation et de montée en compétence sur les métiers de data scientist, data analyste et data ingénieur. Le groupe accélère aussi sur l’acculturation des métiers.

A propos de Christophe Auffray 430 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.