Les données comportementales donnent Trump vainqueur des élections

Margaret, le bot qui décrypte Donald Trump

Sur la base d’une analyse des comportements sur Internet, des chercheurs accordent une nette avance à Donald Trump pour l’élection présidentielle. Ils avaient déjà prédit la victoire surprise du président sortant en 2016.

Les urnes donneront-elles une nouvelle fois tort aux sondages et aux médias ? Dans la campagne présidentielle américaine, Joe Biden est pour le moment donné vainqueur. Les sondages prédisaient cependant déjà en 2016 la victoire d’Hillary Clinton.

Une équipe de chercheurs suisses de l’Université de Neuchâtel et de l’IFAA (Institut pour la recherche appliquée en argumentation) estiment, comme en 2016, que le président sortant est à ce jour le mieux placé pour l’emporter.

Un intérêt en ligne 5 fois supérieur pour Trump

Comment parviennent-ils à une telle conclusion ? Au travers d’une analyse des données comportementales sur Internet, et plus particulièrement moteurs de recherche et réseaux sociaux. D’après les 3 chercheurs, Donald Trump bénéficie ainsi d’un intérêt bien supérieur à celui de son rival.

Selon eux, « les internautes aux États-Unis portent un niveau d’intérêt pour Donald Trump cinq fois plus élevé que pour Joe Biden. » Et pour y parvenir, le président sortant a sa méthode : recourir aux émotions. La peur et la colère en font partie.

En revanche, dans sa communication sur Twitter, Biden insiste d’abord sur les valeurs morales et la critique des actions de l’administration durant la pandémie. Cette stratégie ne produit donc pas des résultats équivalents.

Sur le seul Web, Trump serait réélu

Ainsi, la campagne de Joe Biden n’atteindrait pas « le niveau de requêtes » obtenu par Hillary Clinton en 2016.  Or, la « présence et la visibilité sur Internet ainsi que l’implication active est cruciale si l’on veut gagner une élection aux États-Unis » d’après le politologue de l’IFAA, Christoph Glauser.

A ce jeu, Trump serait en avance en ce qui concerne le nombre de requêtes sur les moteurs de recherche aux États-Unis. Et pour accroître sa visibilité, le candidat à la réélection multiplie les tweets. En août, sa moyenne était de 37 messages par jour, contre 14 pour Biden.

Une différence cependant apparaît par rapport à sa campagne de 2016 : la part des retweets. Un « indice qu’il serait peut-être moins impliqué » suggèrent les chercheurs. Néanmoins, « la répétition d’un message, même faux ou trompeur, permet d’atteindre l’objectif visé » ajoutent-ils.

Leur conclusion est donc la suivante : « si la campagne se déroulait uniquement sur le web », Donald Trump pourrait prétendre à une nouvelle victoire à la présidentielle américaine.

A lire également sur MyData

Comportement des consommateurs : pas de new normal malgré la crise

Comportement des consommateurs : pas de new normal malgré la crise

Pour mesurer les évolutions des comportements et habitudes de consommation, Weborama a analysé 382 millions de contenus. L’étude de ces données, permise par l’intelligence artificielle, débouche sur un constat décevant : le monde d’après-confinement ressemble à celui d’avant crise.  

A propos de Christophe Auffray 318 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.