Les assureurs Maaf et Macif testent l’IA pour le service client

Maaf et Macif testent des assistants personnels pour la relation client

Dans le cadre du programme French Assurtech, la startup Golem.ai spécialisée dans l’intelligence artificielle mène des projets auprès d’assureurs français. La Maaf analyse par exemple les messages publiés sur les réseaux sociaux par ses clients.

Le secteur de l’assurance est très actif dans le domaine de l’intelligence artificielle. Les assureurs disposent ainsi depuis plusieurs années d’équipes Data Science et IA pour le développement interne de solutions. C’est par exemple le cas au sein de Swiss Life France.

Toutefois, à l’image d’autres industries, l’assurance fait aussi appel à des compétences externes en intelligence artificielle. Suravenir Assurances, filiale d’Arkéa, s’appuie ainsi sur Shift Technology dans la détection de fraude.

Des assistants personnels pour la recherche d’information

La Maaf et la Macif s’appuient elles aussi sur des startups pour explorer des cas d’usage de l’intelligence artificielle. Si Golem.ai n’est pas à proprement parler une assurtech, ses produits peuvent répondre néanmoins à des problématiques métier du secteur.

La startup a ainsi conçu un outil d’analyse et de classification des messages publiés par les clients de la Maaf sur les réseaux sociaux. « Il permet de gagner du temps sur la catégorisation, d’éviter les erreurs sur les tâches répétitives et facilite le traitement des urgences clients » souligne Golem.ai.

L’entreprise développe aussi une technologie d’assistant personnel. Cet assistant vise à faciliter la compilation d‘informations issues de sources de données multiples. Cette application de l’IA peut être personnalisée pour coller à un besoin spécifique.

Audit automatique de documents à la Macif

A la Maaf, un test est mené pour assister les conseillers en charge de l’indemnisation. « Grâce à lui, les téléconseillers peuvent aller chercher instantanément l’information dans les bases de connaissances, pour répondre en temps réel à leurs clients quand ceux-ci les interrogent » détaille la startup.

La Macif teste elle aussi un assistant pour simplifier la recherche documentaire dans le cadre de la relation client. L’application est déployée pour les conseillers en agence. Elle donne accès à des informations sur des produits bancaires complexes. Ce cas d’usage de l’IA doit permettre à terme aux conseillers de gagner du temps et d’améliorer le traitement des urgences clients.

Enfin, l’assureur s’est doté d’une solution d’audit automatique de documents, en cours de test. « Il s’agit d’identifier les éléments clés de documents type rapports d’expertises, procès-verbaux, etc. Grâce à cette ‘pré lecture’ du document, les conseillers gestion gagnent du temps et peuvent s’attacher à l’analyse métier au profit de la satisfaction client » précise le fournisseur technologique.

A lire également sur MyData

Cynthia Traore, responsable de la data science Swiss Life

Swiss Life met le « turbo » sur l’industrialisation de la Data Science

Les PoC doivent disparaître. La priorité d’un assureur comme Swiss Life sur la Data Science et l’intelligence artificielle, c’est l’industrialisation, indispensable pour prétendre à un retour sur investissement.

A propos de Christophe Auffray 228 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.