Le projet « AIDA » veut faire de la France un leader de l’IA opérationnelle

L’Europe grande oubliée des brevets IA

Projet de R&D réunissant public et privé, AIDA vise à permettre aux entreprises d’intégrer l’intelligence artificielle et ses capacités d’automatisation dans leurs systèmes opérationnels.

Être un pays leader en matière d’intelligence artificielle, c’est l’ambition de nombreux États. La France voudrait elle aussi pouvoir revendiquer un tel statut. Le projet de R&D AIDA, financé à hauteur de 33 millions d’euros, pourrait y contribuer.

AIDA, pour Artificial Intelligence for Digital Automation, associe acteurs de la recherche publique et sociétés privées, dont IBM et l’université Paris-Saclay. Le projet se veut une « plateforme d’apprentissage ».

Intégrer l’IA et l’automatisation dans les processus quotidiens

Les entreprises y apportent dans ce cadre leurs cas d’usage de l’IA. S’attèlent à leur concrétisation des chercheurs et autres experts technologiques. Le but est ainsi de contribuer à l’améliorer des performances opérationnelles des organisations.

Ces travaux sur l’automatisation et l’intelligence artificielle visent donc à augmenter la productivité, améliorer l’efficacité de systèmes automatisés ou encore à favoriser de meilleures prises de décision. Le maitre-mot, selon IBM, c’est en effet la performance opérationnelle.

Pilote du consortium géré depuis Paris-Saclay, le géant américain et ses partenaires espèrent faire de la plateforme une porte d’entrée vers l’automatisation des processus quotidiens des entreprises. Pour y parvenir, des évolutions s’imposent cependant.

Big Blue souligne ainsi qu’il est « absolument nécessaire » de faire progresser l’état de l’art en intelligence artificielle. De même pour « plusieurs défis scientifiques ». Ces étapes sont nécessaires « pour rendre cette automatisation pertinente ».

Outre IBM, le consortium comprend Softeam, filiale de Docaposte spécialisée dans les solutions de transformation digitale, mais aussi l’éditeur en IA Decisionbrain et enfin STET, en charge du système de paiement de détail en France.

A lire également sur MyData

Allianz France multiplie les opérations assistées par l’intelligence artificielle

Allianz France multiplie les opérations assistées par l’intelligence artificielle

En 2020, l’assureur affiche un total de 5 millions d’actes de gestion assistés par l’intelligence artificielle. Pour industrialiser ses projets, Allianz France s’appuie sur sa factory Big Data et IA et sur le framework technique Ask.

A propos de Christophe Auffray 396 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.