Kaspersky délocalise ses données de la Russie en Suisse

Kaspersky délocalise ses données de la Russie en Suisse

L’éditeur de sécurité russe, soupçonné d’espionnage, dispose désormais de l’ensemble de ses données en Suisse. Kaspersky espère ainsi faire taire définitivement les accusations de collusion avec les autorités russes.

Pour un spécialiste mondial de la cybersécurité, l’enjeu de la protection des données est forcément essentiel. Mais la sécurisation de ce patrimoine ne s’applique pas à ses seuls clients. Mis en cause en 2018 pour sa trop grande proximité avec les autorités russes, Kaspersky devait prendre une décision radicale.

Dans le cadre de son Initiative mondiale pour la transparence, l’éditeur de solutions de sécurité s’engageait à localiser l’ensemble des données de ses clients en Suisse. C’est désormais chose faite pour les données des clients européens, américains, japonais, australiens et coréens de Kaspersky.

Des traitements de données en Suisse pour établir la confiance

Pour répondre aux soupçons d’espionnage, l’éditeur est allé plus loin encore cependant. Outre l’accès au code source de ses logiciels, Kaspersky se soumettait à des audits par des tiers. Il décrochait en outre la certification ISO 27001 pour ses services de données.

Le stockage et le traitement des données depuis deux datacenters à Zurich sont une étape supplémentaire de cette démarche de « transparence ». Mais elles constituaient également un geste incontournable pour se prémunir des interdictions d’utiliser ses technologies, à l’image de Huawei dans les télécoms.

« Depuis que nous avons annoncé notre Initiative mondiale pour la transparence en prenant un certain nombre de mesures audacieuses, notamment la délocalisation du traitement et du stockage des données, Kaspersky a non seulement reconfirmé son engagement à être un partenaire de confiance, mais a anticipé les attentes du marché et des régulateurs » martèle son PDG, Eugene Kaspersky.

Cinq centres de transparence Kaspersky dans le monde

Et l’éditeur entend désormais faire de ces actions de véritables atouts commerciaux.

« Au cours des trois années qui ont suivi l’annonce, nous avons assisté à une transformation majeure des approches et des réglementations en matière de sécurité des données. Nous constatons que l’investissement dans la confiance et la transparence devient progressivement une norme du secteur, et je suis fier de notre entreprise qui figure parmi les pionniers et les précurseurs en matière de transparence » insiste le fondateur.

Kaspersky dispose désormais de 5 centres de transparence dans le monde. Outre à Zurich, ceux-ci sont implantés à Kuala Lumpur, Madrid, São Paulo et New Brunswick au Canada. Ce dernier se destine aux clients nord-américains de l’éditeur de sécurité. Il leur permet d’auditer son code source, mais aussi ses pratiques en matière de traitement de données.

A lire également sur MyData

OVH devient OVHcloud

OVHcloud et Google Cloud, solution à la confidentialité des données ?

Après Orange, c’est au tour d’un autre acteur majeur du cloud français de signer un partenariat stratégique avec Google. OVHcloud s’associe au géant américain pour « co-construire une solution de confiance en Europe ».

A propos de Christophe Auffray 396 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.