Google doit renoncer aux données de Fitbit pour la publicité

Détection précoce du Covid-19 grâce aux objets connectés Fitbit

L’acquisition de Fitbit par Google devrait recevoir le feu vert des autorités européennes, à une condition cependant. La firme doit s’engager à ne pas utiliser les données des terminaux connectés pour le ciblage publicitaire.

Les autorités de la concurrence sont de plus en plus vigilantes quant à la question des données. L’affaire WhatsApp a laissé des traces. Lors de son rachat, Facebook assurait qu’il ne rapprocherait pas les deux applications. Le réseau social ne tenait finalement pas ses engagements, écopant de 110 millions d’euros d’amende en Europe.

Le régulateur de l’UE examine actuellement un rachat d’un autre géant mondial de la publicité et de l’exploitation des données. Google a dépensé 2,1 milliards de dollars pour s’emparer du constructeur d’objets connectés Fitbit. Ces terminaux collectent de nombreuses données, et notamment de santé.

Des géants de la publicité en quête de nouvelles données

Pour Google, ces informations pourraient donc se révéler utiles en matière de ciblage publicitaire. Or l’autorité européenne de la concurrence fait justement de cet usage une limite à ne pas dépasser. Selon Reuters, elle devrait ainsi valider le rachat de Fitbit, sous cette condition.

La firme de Mountain View doit s’engager à ne pas recourir aux données du fabricant à des fins de ciblage publicitaire. Pour lever les freins à cette acquisition, Google promettait cependant déjà de renoncer à l’exploitation des données.

« Tout au long de ce processus, nous avons été clairs sur notre engagement à ne pas utiliser les données Fitbit sur la santé et le bien-être pour les publicités Google et sur notre responsabilité de fournir aux individus le choix et le contrôle de leurs données » rappelle de nouveau l’entreprise.

Google aura cependant fort à faire pour rivaliser sur un marché des wearables très concurrentiel et dominé aujourd’hui par Apple. L’exploitation des données pour la publicité est donc séduisante pour un spécialiste du secteur.

Fitbit a besoin d’un partenaire de taille

En se positionnant comme hostile à ce business model, Apple marque d’ailleurs sa différence. Et grâce à l’Apple Watch et à ses écouteurs, le constructeur américain accapare 29,3% du marché des objets connectés ou wearables.

Fitbit est relégué en fin de classement sur le marché mondial des wearables

Fitbit est lui en revanche sur le déclin et souffre de la concurrence des industriels chinois sur les prix. La présence des géants que sont Apple Samsung pénalisent également son développement. Au premier trimestre 2020, le fabricant a enregistré une chute de ses livraisons de terminaux de 26,1%. Avec une production basée en Chine, Fitbit a souffert de la pandémie.

La Commission européenne statue le 20 juillet sur son rachat par Google. La firme a jusqu’au 13 juillet pour proposer des concessions aux autorités. Pour Fitbit, l’arrivée du géant californien pourrait lui donner les moyens de rivaliser sur un marché qu’il dominait quelques années auparavant.

A propos de Christophe Auffray 268 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.