France et Allemagne s’allient pour financer des projets d’IA

France et Allemagne s’allient pour financer des projets d’IA

France et Allemagne mettent sur la table 20 millions d’euros sous forme de subventions. Les deux pays s’engagent ainsi à financer des projets d’intelligence artificielle de consortiums franco-allemands.

France et Allemagne renforcent encore un peu leurs liens dans le domaine de l’intelligence artificielle. Les deux nations lancent en effet un appel à projets commun. Celui-ci vise à financer des consortiums développant des technologies d’IA spécifiques.

En effet, sont éligibles les projets portant sur la prévention des risques, la gestion des crises et la résilience. La BPI, qui en assure le pilotage, précise toutefois que des domaines transverses peuvent eux aussi candidater.

De l’IA pour la santé, l’économie et l’environnement

Il pourra s’agir notamment de développements portant par exemple sur le partage de données ou la création de synergies autour d’infrastructures existantes comme GAIA-X. En ce qui concerne les applications de l’IA, les secteurs concernés sont multiples.

Santé, économie et environnement sont cependant plus particulièrement mis en avant. L’intelligence artificielle pourra ainsi notamment permettre une détection précoce des épidémies ou le suivi des émissions de CO2.

Au travers de cet appel à projets, France et Allemagne déclarent vouloir « approfondir leur étroite collaboration » en matière d’IA. Mais l’objectif déclaré est également de « renforcer la souveraineté économique de l’Europe et de rendre l’économie plus résiliente. »

20 millions € sur 3 ans en cofinancement

Et à cette fin, les deux partenaires estiment donc que l’intelligence artificielle peut y contribuer de manière « importante ». Selon le ministre allemand de l’économie, Peter Altmaier, science et industrie « travailleront ensemble dans le cadre des nouveaux projets d’innovation en matière d’IA. »

Dans le cadre de la concurrence internationale, Bruno Le Maire insiste sur la nécessité de diffuser l’IA « dans les entreprises, les administrations et dans tous les territoires ». Et le dispositif avec son voisin doit donc « favoriser une offre technologique innovante, au service de l’intérêt européen commun. »

Le financement s’adresse aux projets de R&D conduits par un consortium franco-allemand. Ils doivent en outre présenter un budget total d’au moins 4 millions d’euros. Aucune limitation en revanche en termes de tailles d’entreprises ou d’organismes de recherche.

Bpifrance précise que dans ce cadre, France et Allemagne apporteront chacun 10 millions d’euros sur trois ans. Pour financer les projets, l’Hexagone puisera dans le programme des investissements d’avenir. Les acteurs ont jusqu’au 29 avril pour déposer leurs dossiers.

A lire également sur MyData

L’Europe grande oubliée des brevets IA

Le projet « AIDA » veut faire de la France un leader de l’IA opérationnelle

Projet de R&D réunissant public et privé, AIDA vise à permettre aux entreprises d’intégrer l’intelligence artificielle et ses capacités d’automatisation dans leurs systèmes opérationnels.

A propos de Christophe Auffray 433 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.