De l’intelligence artificielle à Paris pour l’aide au diagnostic en traumatologie

Analyse des images radio par l'IA pour détecter les cas de Covid-19

La startup AZmed collabore avec 10 centres de radiologie d’île de France autour de l’apport de l’intelligence artificielle pour la détection des fractures. Un plus pour les médecins dans la gestion des patients lors du pic de contaminations de Covid.

RPO, qui réunit 10 centres de radiologie en région île de France, exploite depuis plusieurs mois déjà d’une solution médicale de diagnostic reposant sur l’intelligence artificielle.  Le groupe collabore en effet avec une jeune startup française.

Fondée en août 2018, AZmed se spécialise dans l’analyse d’imageries médicales grâce à l’IA. Elle propose ainsi aux radiologues et médecins urgentistes un outil de détection des fractures. Le besoin dans ce secteur découle d’une explosion des actes d’imagerie médicale.

Diagnostic accéléré pour les patients non-Covid

Or, le nombre de professionnels de santé disponibles pour ces diagnostics stagne depuis 10 ans, souligne la startup. Celle-ci se donne donc comme objectif « de décharger le flux de travail des médecins et d’améliorer leurs performances ».

Et le déploiement réalisé en partenariat avec le groupe RPO doit donc mettre en lumière les gains permis par l’IA dans le domaine de la traumatologie. Ainsi, l’application de détection des fractures intervient au quotidien dans les centres de radiologie partenaires.

Pour les médecins, outre l’aide au diagnostic dans le cadre de la prise en charge des patients, ces expérimentations visent à développer de nouvelles pratiques.

« En tant que membres actifs de la plupart des instances de la radiologie française, il nous paraissait essentiel d’être en première ligne dans l’évaluation des nouvelles technologies d’intelligence artificielle » réagit le docteur Grégory Lenczner de RPO.

Une base de données d’images médicales pour l’IA

Cet usage de l’intelligence artificielle pourrait favoriser une adoption plus large au sein de la profession. Grégory Lenczner est en effet également vice-président de la Fédération nationale des médecins radiologues.

Mais il est surtout le président de DRIM France IA. Sa création remonte à 2018 et sa finalité est de construire et exploiter une base de données qualifiée d’imagerie médicale (100 millions d’examens chaque année).

Dans le cadre de sa mission, DRIM IA met donc à disposition des entreprises sa base de données de radiographies. Elle doit ainsi permettre la conception de logiciels d’aide à la décision, comme Rayvolve d’AZmed.

L’IA présente cependant déjà des bénéfices immédiats dans le contexte de crise sanitaire. Selon le docteur Lenczner, le logiciel « a permis de gagner un temps précieux pour gérer des patients non-covid, lors du pic de contamination. Nous pouvions ainsi nous concentrer sur des actes médicalement plus urgents, et maintenir une activité intense ».

A lire également sur MyData

Insitro mise sur le Machine Learning pour la découverte de médicaments

L’entreprise insitro a levé 143 millions de dollars. Les fonds financeront la découverte de médicament grâce à l’apprentissage machine et le développement de programmes thérapeutiques.

A propos de Christophe Auffray 396 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.