Data du jour : le télétravail ouvert à 100% des salariés de la Maif

Data du jour : le télétravail ouvert à 100% des salariés de la Maif

Le confinement est passé par là. La Maif annonce la signature d’un accord sur le télétravail. Le quota de 20% de télétravailleurs disparaît pour s’étendre à 100% des collaborateurs (ou presque). Le télétravail pourra atteindre 3 jours par semaine.

Il aura fallu une crise pour bousculer l’organisation du travail et certains réflexes managériaux. Travailler autrement, sans dégradation de la productivité, est possible. Plusieurs entreprises l’actent en faisant évoluer leur accord interne sur le télétravail.

Dans ce secteur, la Maif annonce ainsi la signature d’un avenant à l’accord conclu en 2017. Validé à l’unanimité, il permet donc en théorie d’ouvrir l’accès au télétravail à 100% des salariés. En théorie donc, puisque des « métiers spécifiques » ne peuvent en bénéficier.

Vers une organisation hybride entre vie de bureau et télétravail

Il ne s’agit pas cependant de basculer dans une organisation 100% à distance, comme certains géants du numérique le proposent à leurs salariés. La plupart des entreprises optent ainsi pour un fonctionnement « hybride ».

C’est le cas notamment de Maif, dont le nouvel accord prévoit une alternance entre télétravail et présence sur site. Pour l’entreprise, cette approche vise à « conserver un lien social nécessaire ». En conséquence, la présence dans les bureaux sera de 2 à 3 jours par semaine.

« Le fonctionnement du télétravail au sein de chaque entité relève d’une décision managériale, en fonction du collectif et de la dynamique d’équipe » précise encore la direction de l’assureur. Les locaux d’entreprise sont encore là pour durer donc.

Maif tient d’ailleurs à noter que cette extension du télétravail a pour objectif « l’épanouissement des salariés » et non « la baisse des coûts immobiliers. » Pour certaines entreprises, ces deux finalités ne sont cependant pas incompatibles, surtout dans un contexte de crise économique.

A compter de septembre, les collaborateurs de la Maif vont donc pouvoir opter pour le travail à domicile, ou pour un tiers lieu. L’assureur signale en effet que l’accord télétravail permet un autre lieu de travail que le domicile.

Le télétravail sans condition d’ancienneté

Les nouvelles recrues sont elles aussi concernées. Auparavant, les salariés devaient disposer de deux ans d’ancienneté pour prétendre au télétravail. L’entreprise supprime cette condition. Le télétravail pourrait en effet de plus en plus s’imposer comme un critère de choix des candidats. Pour les organisations, il s’agit donc de soigner l’attractivité de leurs offres d’emploi.

Pour le directeur général du groupe, Pascal Demurger, l’extension du télétravail constitue ainsi « une étape supplémentaire vers le management par la confiance. » Et comme pour beaucoup d’autres entreprises, les préoccupations autour de la « performance » ne constituent plus un frein.

«(…) je suis intimement convaincu que la mise en place de ce dispositif sera in fine une source de performance à long terme pour le Groupe MAIF, en alimentant un cercle vertueux favorisant l’épanouissement des collaborateurs et la satisfaction de nos sociétaires » souligne ainsi le dirigeant.

Selon une récente étude de Gartner, la première préoccupation des responsables d’entreprise porte, non sur la productivité, mais sur la préservation de la culture d’entreprise.

« Il est essentiel que les employeurs mettent en place une culture d’entreprise et une expérience employé adéquates en cette période d’incertitude » insiste d’ailleurs Brian Kropp, directeur de recherche pour le département RH du cabinet.

A lire également sur MyData

Data du jour : 82% d’employeurs prévoient d’autoriser du télétravail

Data du jour : 82% d’employeurs prévoient d’autoriser du télétravail

Crise et confinement contribuent à une évolution durable des modes de travail. Après le Covid-19, 82% d’employeurs souhaitent autoriser les salariés à poursuivre le travail à distance. Ils sont même 47% à envisager de permettre du télétravail de manière permanente.

A propos de Christophe Auffray 268 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.