Data du jour : 82% d’employeurs prévoient d’autoriser du télétravail

Data du jour : 82% d’employeurs prévoient d’autoriser du télétravail

Crise et confinement contribuent à une évolution durable des modes de travail. Après le Covid-19, 82% d’employeurs souhaitent autoriser les salariés à poursuivre le travail à distance. Ils sont même 47% à envisager de permettre du télétravail de manière permanente.

D’ici 5 à 10 ans, environ 50% des salariés de Facebook ne se rendront plus dans les bureaux du géant américain des réseaux sociaux. Les multinationales ne sont cependant pas les seules à se convertir massivement au télétravail.

Les organisations sont amenées à devenir plus hybrides qu’avant la pandémie de Covid-19. Une étude Gartner auprès de 127 décideurs d’entreprises le souligne une fois encore. Parmi les répondants, 82% autoriseront du télétravail en-dehors de la gestion de crise.

La flexibilité « sera la nouvelle norme »

Ils sont même 47% à envisager d’aller plus loin encore en permettant du travail à distance à temps complet. Le mot d’ordre des dirigeants semble désormais une plus grande flexibilité. La flexibilité « sera la nouvelle norme » note ainsi Gartner.

En effet, 43% des répondants déclarent qu’ils accorderont aux employés des journées de travail flexibles, tandis que 42 % leur offriront des horaires flexibles. La crise a assurément contribué à faire sauter des verrous en termes d’organisation.

« La pandémie COVID-19 a donné lieu à une vaste expérience de télétravail à grande échelle » souligne Elisabeth Joyce, vice-présidente du conseil RH chez Gartner.
« La pandémie COVID-19 a donné lieu à une vaste expérience de télétravail à grande échelle »

« La pandémie COVID-19 a donné lieu à une vaste expérience de télétravail à grande échelle » souligne Elisabeth Joyce, vice-présidente du conseil RH chez Gartner. Les résultats de ces expérimentations contraintes sont donc suffisamment satisfaisants pour justifier de les pérenniser.

« Alors que les chefs d’entreprise planifient et exécutent la réouverture de leurs lieux de travail, ils évaluent des modalités de travail à distance plus permanentes comme moyen de répondre aux attentes des employés et de construire des opérations commerciales plus résilientes » explique la consultante.

Ce changement de paradigme impose cependant des évolutions profondes pour permettre un fonctionnement hybride, avec simultanément du présentiel et du travail à distance. La productivité n’est cependant pas le principal sujet d’inquiétude.

Des inquiétudes sur la culture d’entreprise non la productivité

Seuls 13% des dirigeants expriment des inquiétudes quant au maintien de la productivité. Cela s’explique notamment par l’adoption de nouvelles mesures de suivi. En effet, 61% des décideurs ont mis en place des contrôles plus fréquents entre managers et salariés.

Néanmoins, 29% n’estiment pas nécessaires de prendre des mesures visant à assurer le suivi de la productivité du travail à distance. La préoccupation ne porte donc pas sur la productivité, mais la préservation de la culture d’entreprise (30%).

13% des sondés se disent préoccupées par la création d’une parité entre l’expérience à distance et l’expérience au bureau. 13% sont également soucieux d’offrir une expérience homogène aux collaborateurs, précise encore Gartner.

« Il est essentiel que les employeurs mettent en place une culture d’entreprise et une expérience employé adéquates en cette période d’incertitude » insiste Brian Kropp, directeur de recherche pour le département RH du cabinet.

« Ces deux facettes aident les organisations à atteindre les bénéfices financiers, de réputation et les talents qui leur permettront de générer des résultats commerciaux et un avantage concurrentiel » conclut-il

A lire également sur MyData

Etude télétravail chez les cadres

Le télétravail ne rend pas les cadres plus heureux

Si seulement 3% des salariés français pratiquent le télétravail, ils sont 11% de cadres à le faire au moins une fois par semaine. Et d’après une étude, « les télétravailleurs ne sont ni plus ni moins satisfaits de leur travail que leurs collègues ». En effet, ils travaillent plus et sont en moins bonne santé.

A propos de Christophe Auffray 268 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.