Computer Vision : l’intelligence artificielle résiste à la crise

Série A de LTU Tech dans la Computer Vision

Les applications d’intelligence artificielle résistantes à la crise ? La startup LTU Tech a finalisé pendant la crise du Covid-19 sa première levée de fonds de 4,5 millions d’euros. Elle développe une technologie de reconnaissance d’image et d’objet.

Différentes études anticipent une sérieuse baisse des dépenses technologiques des entreprises. Certains projets innovants, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle, devraient cependant mieux résister.

Les investisseurs semblent eux aussi privilégier des secteurs technologiques comme l’IA. LTU Tech peut en témoigner avec une première levée de fonds de 4,5 millions d’euros. La startup spécialisée dans la vision par ordinateur (Computer Vision) tire profit du bénéfice de ces usages en période de crise.

Les tensions favorisent l’adoption de la reconnaissance visuelle

« L’usage de la reconnaissance visuelle connaît une forte croissance liée entre autres aux tensions sur la demande de produits, ainsi qu’aux effets du confinement » souligne l’entreprise. Parmi les cas d’application possibles, LTU cite le contrôle de la présence des produits en ligne pour lutter contre la contrefaçon de produits sensibles.  

« La reconnaissance visuelle permet également aux collaborateurs, élèves et étudiants de reconnaître via leur smartphone des manuels ou livres et accéder ainsi à des contenus digitalisés afin de poursuivre leur formation en période de confinement » met encore en avant la startup.

C’est pour répondre à ces différents usages que la startup a développé une plateforme de vision par ordinateur. Cette dernière génère une signature unique basée sur les caractéristiques visuelles d’une image ou d’un objet.

L’entreprise vise les marchés de la protection de marques, de la santé, mais aussi de la maintenance industrielle. La technologie est commercialisée en abonnement sous forme d’une solution SaaS ou sous licence pour une utilisation sur site.

Enjeu de souveraineté numérique sur l’IA

Parmi ses nouveaux investisseurs, LTU compte notamment Alliance Entreprendre (Natixis). Son dirigeant Antoine Bodet met en avant la question de la souveraineté numérique : « L’émergence d’une technologie de reconnaissance d’images souveraine européenne trouve une résonance exacerbée dans cette période très particulière (…). »

Grâce à cette levée de fonds, LTU prévoit d’accroître ses investissements en R&D. Cela doit ainsi lui permettre d’élargir l’étendue des images et objets reconnus par sa technologie. La reconnaissance de pièces industrielles est ainsi un marché visé spécifiquement par la startup.

LTU ambitionne également de poursuivre sa croissance hors de l’Hexagone. Elle réalisé déjà 47% de son chiffre d’affaires à l’international. Dans ce cadre, elle prévoit de renforcer son équipe commerciale. La startup compte à ce jour 13 collaborateurs.

A propos de Christophe Auffray 433 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.