Avec Leonard, Vinci accélère sur l’intelligence artificielle

Au travers de son pôle d’innovation Leonard, le groupe Vinci accompagnera 44 projets en 2021. Son programme dans l’intelligence artificielle compte 13 projets. Les applications portent entre autres sur la maintenance prédictive et l’optimisation de la logistique.

Leonard, c’est la plateforme dite de « prospective et d’innovation » du groupe Vinci. Dans ce cadre, ses équipes accompagnent des projets et startups dans ses différentes activités, dont la construction et l’énergie.

Depuis près de 4 ans, l’entreprise accueille donc des startups au sein de ses programmes d’innovation. L’identité des lauréats de l’édition 2021 est désormais connue. En tout, 44 projets, des startups, mais aussi des équipes internes à Vinci.

50 salariés de Vinci associés aux projets d’IA

Pour la 2e année, le groupe dédie donc un programme aux applications de l’intelligence artificielle dans ses métiers. En 2020, ce sont 8 projets qui avaient ainsi bénéficié des ressources de Leonard. Il s’agissait ainsi par exemple de prévoir et améliorer la satisfaction client dans un aéroport grâce à l’IA.

Pour 2021, Vinci a sélectionné 13 nouveaux projets d’intelligence artificielle. Ceux-ci « placent l’IA au service de la maintenance prédictive de bâtiments et d’infrastructures, du design génératif, de la prédiction économique des opérations ou de l’optimisation de la logistique des chantiers » résume le groupe.

Pour accompagner ces différents projets, l’entreprise mobilise 50 salariés de ses entités, dans l’énergie, l’immobilier ou encore la construction. Il s’agit ainsi de valider les concepts et la faisabilité technique des projets.

Des enjeux forts pour l’IA dans l’énergie

Cette première phase doit durer un mois. Elle débouchera ensuite sur une étape d’incubation de quatre mois. A condition cependant que les « critères de faisabilité et business » soient réunis, souligne Vinci.

Les projets doivent en particulier contribuer à l’activité de la filiale énergies de Vinci. L’usage cible de l’intelligence artificielle porte ainsi notamment sur la maintenance prédictive des systèmes de transport.

Prédiction de dérive économique d’un projet, positionnement par rapport à la concurrence, design génératif pour la conception industrielle figurent aussi parmi les cas d’usage. Le groupe étudiera également comment optimiser sa logistique et exploiter ses infrastructures télécoms via l’IA.

« L’intelligence artificielle peut améliorer nos processus métier, créer de nouvelles offres ou outiller nos fonctions support. Beaucoup de cas d’usage ont été identifié au sein du groupe Vinci. Mais nos entreprises n’ont pas forcément les compétences nécessaires » déclare Quentin Panissod, responsable de projets IA pour Leonard.

A lire également sur MyData

Eramet optimise ses processus industriels grâce à l’IA

Eramet optimise ses processus industriels grâce à l’IA

Le groupe minier et métallurgique mondial Eramet, en partenariat avec Capgemini, déploie l’intelligence artificielle dans ses activités. L’usage de l’IA porte sur l’amélioration de la productivité, la performance commerciale et la valorisation des métaux.

A propos de Christophe Auffray 430 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.