Avec Android, Google s’arroge le contrôle des données utilisateur

Plainte contre Google devant la Cnil pour le tracking publicitaire sous Android

Google n’en a pas fini avec les accusations de violation du RGPD. L’association de protection de la vie privée noyb.eu a déposé plainte devant la Cnil autrichienne. La firme est accusée d’imposer un suivi des données des utilisateurs d’Android via un identifiant unique.

Les pratiques de Google en matière de gestion des données personnelles sur Android lui ont déjà valu une condamnation en France à 50 millions d’euros d’amende. Cette sanction, la firme la doit notamment à l’association None Of Your Business (« NOYB ») fondée par Max Schrems.

Cette même association vient d’engager une nouvelle action à l’encontre du géant californien. Une plainte pour violation du RGPD a été déposée devant l’équivalent autrichien de la Cnil. Google est accusé de suivi des utilisateurs d’Android sans base légale.

Un suivi imposé à l’utilisateur sans consentement

Sur sa plateforme pour smartphones et tablettes, Google exploite un identifiant unique pour le suivi publicitaire. Celui-ci permet, sur chaque terminal, de collecter des données sur le comportement de l’utilisateur.

En outre, « les données collectées avec ce numéro de suivi unique sont transmises à d’innombrables tiers dans l’écosystème publicitaire » dénonce NOYB. Or, l’utilisateur n’aurait aucun contrôle réel sur ces données et le processus de tracking publicitaire.

Google propose cependant bien à chaque possesseur d’un terminal Android de générer un nouvel identifiant. Néanmoins, la suppression du précédent ID unique, et des données qui lui sont associées, n’est pas proposée par l’entreprise.

« C’est grotesque. Google affirme que si vous voulez qu’ils cessent de vous suivre, vous devez accepter un nouveau suivi. C’est comme si vous annuliez un contrat à la seule condition d’en signer un nouveau » considère Stefano Rossetti, avocat spécialisé dans la protection de la vie privée pour noyb.eu.

Google déjà condamné pour violation du RGPD

Pour l’association, cette pratique constitue une violation du principe de consentement libre et éclairé du RGPD. Selon la plainte, Google ne recueille pas de consentement valide avant de générer l’identifiant de suivi.

Jusqu’à 5 milliards d’euros d’amende

L’organisation de défense de la vie privée rappelle qu’en vertu du RGPD, les Cnil européennes sont en mesure d’infliger à Google une amende pouvant atteindre 4% du chiffre d’affaires mondial. Pour le géant de la publicitaire, cela équivaudrait à 5 milliards d’euros.

La plus importante amende infligée à ce jour pour non-respect du RGPD est de 50 millions d’euros. La décision a été rendue début 2019 par la Cnil contre Google. Un appel devant le Conseil d’Etat a été déposé par l’entreprise.

A propos de Christophe Auffray 268 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.