Amazon suspend un an l’usage de la reconnaissance faciale par la police

Vidéosurveillance et reconnaissance faciale

Après IBM, c’est au tour d’un des leaders des technologies de reconnaissance faciale de s’engager à une suspension auprès de la police. Amazon annonce un moratoire d’un an pour sa solution Rekognition et appelle l’État à réguler.

Le PDG d’IBM décidait cette semaine de mettre fin à ses logiciels de reconnaissance et d’analyse faciale. Pour Arvind Krishna, il est nécessaire de légiférer sur l’utilisation de la technologie par les forces de l’ordre, dont l’intelligence artificielle.

Sous pression depuis des mois (sinon plus) pour la vente de sa solution de reconnaissance faciale Rekognition à la police, Amazon a fini par se résigner à des concessions. Le géant du Cloud et du e-commerce annonce un moratoire d’un an.

Une régulation plus stricte pour une utilisation éthique

Ainsi, la firme suspend durant une année l’utilisation de Rekognition. Amazon préserve en revanche l’usage de la reconnaissance faciale par certaines organisations. Il s’agit d’après l’entreprise de cas d’application destinés à lutter contre le trafic d’êtres humains et la protection de l’enfance.

Amazon Rekognition

Comme IBM, Amazon plaide pour la définition par l’État de règles encadrant l’exploitation de la reconnaissance faciale. « Les gouvernements devraient mettre en place des réglementations plus strictes pour régir l’utilisation éthique de la technologie de reconnaissance faciale » commente le géant.

La société fondée par Jeff Bezos note à ce titre une inflexion au sein du Congrès américain. En 2018, Microsoft plaidait en faveur de l’intervention du législateur afin de réguler les applications de la reconnaissance faciale. Cet appel faisait suite à différentes polémiques.

Une pause d’un an dont doivent se saisir les États

Le Congrès n’avait cependant pas décidé de s’emparer du dossier. La mort tragique de George Floyd et le déclenchement d’un vaste mouvement de protestation ont changé la donne. Amazon souligne d’ailleurs que le « Congrès semble prêt à relever ce défi » de la régulation.

« Nous espérons que ce moratoire d’un an pourra donner au Congrès suffisamment de temps pour mettre en œuvre des règles appropriées, et nous sommes prêts à apporter notre aide si on nous le demande » déclare encore la firme.

Cet appel à légiférer ne constitue cependant pas nécessairement un encouragement. Malgré sa prise de position en 2018 en faveur d’une régulation de la reconnaissance faciale, Microsoft pousse en coulisses pour des règles allégées.

A lire également sur MyData

Algorithmes et discriminations

Les algorithmes moteurs de progrès, et de discriminations

Dans un rapport conjoint, la Cnil et le Défenseur des droits souhaitent mobiliser face aux risques de discriminations induits par les algorithmes. Ils préconisent notamment un renforcement des obligations légales.

A propos de Christophe Auffray 268 Articles
De formation initiale en marketing Web et en économie, je me suis spécialisé par la suite dans la presse B2B consacrée à l'économie numérique et dispose dans ce secteur de 15 ans d'expérience. Spécialiste de la transformation numérique, de l'innovation et des nouveaux business models des entreprises, j'ai développé des compétences dans les domaines du marketing éditorial, de la stratégie éditoriale, de la production de contenus premium et la gestion de sites d'information et d'équipe dans l'univers des médias en ligne et du marketing des solutions innovantes.